Paris FC – AS Béziers : Insuffisant

Paris FC – AS Béziers : Insuffisant

Après la défaite face à Marseille Consolat, le Paris FC retrouvait le stade Charléty et l’AS Béziers. Malgré la supériorité numérique durant les 30 dernières minutes, le Paris FC n’a pas réussi à trouver la faille dans un match pauvre offensivement.

Pour ce match, Réginald Ray opère trois changements dans le onze de départ. Soualio Bakayoko remplace Romuald Marie, blessé, Idriss Ech-Chergui est positionné en meneur de jeu, et Anthony Ribelin fête sa première titularisation à la pointe de l’attaque. Prêté par Rennes cet hiver, l’attaquant n’aura pas eu l’occasion de se mettre en évidence durant les 45 premières minutes. Pour cause, dans ce match, deux blocs bien en place s’opposent, les défenses prennent le pas sur les attaques et les occasions se font très rares. Le Paris FC parvient tout de même à porter le danger sur quelques coups de pied arrêtés sans pour autant mettre à contribution Novaes, le portier biterrois.

Dès le retour des vestiaires, le Paris FC se crée une situation dangereuse. Sur un centre d’Idriss Ech-Chergui, Anthony Ribelin choisit de contrôler au lieu de tenter la volée (47′). A l’heure de jeu, Béziers apporte le danger par Beusnard puis Ramon (60′). Quelques instants plus tard, les biterrois sont réduits à 10 suite à l’exclusion d’Atassi qui empêche Anthony Ribelin de filer au but (62′) ! Cette exclusion va permettre au Paris FC de mettre la pression sur la défense adverse mais pêche toujours autant dans la zone de vérité.

Première titularisation pour Anthony Ribelin

Le Paris FC peut nourrir des regrets ce soir car il a évolué en supériorité numérique durant 30 minutes. Mais les hommes de Réginald Ray n’ont pas su retrouver l’allant offensif qui a disparu depuis le déplacement à Marseille Consolat. Vendredi prochain, le Paris FC se déplacera à Dunkerque. A cette occasion, nous invitons les supporters parisiens à se retrouver au Lions Pub dans le 13ème arrondissement (plus d’infos : www.parisfootballclub.com/club/soiree-lions-pub-a-loccasion-de-usl-dunkerque-paris-fc).

Fiche technique

Paris FC 0-0 AS Béziers
Avertissements : Camara (77′) ; Bueno (44′)
Expulsion. Béziers : Atassi (63e).
870 spectateurs
Arbitre : Rémi Landry

Paris FC : Demarconnay – Sidibé, Mary, Lybohy (c), Bakayoko – Massouema, Pierazzi (Martin 80′) – Bongongui (Alami Bazza 77′), Ech-Chergui, Nomenjanahary (Camara 67′) – Ribelin. Entr. : R.Ray

Béziers : Novaes – Heekeng, Yohou, Atassi, Gavory – Ramon, Akichi, Beusnard, Aabid (Taillan, 87′)- Bueno (Mouloungui, 58′), Banza (Kodjia, 66′).

Suivez Paris FC – AS Béziers en live vidéo

Suivez Paris FC – AS Béziers en live vidéo

Ce vendredi 17 février, le Paris FC accueille l’AS Béziers au stade Charléty dans le cadre de la 22e journée de National. Le match débutera à 20h.

Comme toutes les rencontres de National, hormis celles qui seront retransmises par Canal+, il sera possible de visionner gratuitement le match ! A partir de 19h50, le match sera disponible ci-dessous et commenté par Fabrice Hawkins assisté de David Rémisse en tant que consultant.

Pour patienter avant la rencontre, vous pouvez retrouver la présentation de l’adversaire, le groupe convoqué, l’interview d’avant match de Réginald Ray ainsi que l’interview de Thomas Martin qui évoque son début de saison difficile suite à une suspension et à une blessure importante.

L’agenda du week-end

L’agenda du week-end

Vendredi 17 février

National : Paris FC – AS Béziers, 20h, stade Charléty (22e journée) – Billetterie

U16 féminine : Tournoi à Goussainville, gymnase Maurice Bacquet

Samedi 18 février

CFA2 : Beauvais AS – Paris FC, 18h, stade Pierre Brisson (16e journée)

Coupe VDM Seniors féminines : Gobelins FC – Paris FC, 17h15, stade Boutroux

Coupe Paris IDF U14 :US Créteil Lusitanos – Paris FC, 14h, stade Dominique Duvauchelle (14e journée)

Dimanche 19 février

U19 DSR : Nanterre ES – Paris FC, 13h, stade Gabriel Peri (11e journée)

U17 Nationaux : Arras FA – Paris FC, 15h, stade Degouve Brabant (20e journée)

Coupe Ligue U16 : Racing Colombes 92 – Paris FC, 13h, stade Yves du Manoir

U13 féminine : Tournoi à Pavillon-sous-Bois, gymnase Lino Ventura

U11 féminine : Tournoi à Pavillon-sous-Bois, gymnase Lino Ventura

 

Réginald Ray : « Béziers est un candidat sérieux à la montée »

Réginald Ray : « Béziers est un candidat sérieux à la montée »

Avant de recevoir l’AS Béziers, le coach Réginald Ray s’est exprimé devant les médias.

Peut-on parler d’un coup d’arrêt après la défaite à Marseille Consolat ?

On a senti que le travail se faisait moins collectivement, notamment sur le plan de la récupération. Forcément, cela se ressent après dans l’aspect offensif. J’ai aussi senti moins d’envie collective de faire les choses, et cela a fait déjouer et prendre des mauvaises décisions. On concède très peu d’occasions, mais nous n’avons pas été bons collectivement dans notre travail défensif. Et si chacun ne fait pas les efforts nécessaires, on redevient une équipe ordinaire. C’est évident qu’on doit être capable de peser davantage offensivement. Au-delà de ça, la défaite a été un coup d’arrêt dans notre dynamique, mais il faut que ça soit juste un ralentissement. Sur le match de Béziers, il faut que l’on reprenne ce que l’on a perdu sur le match de Consolat.

On aura en face de nous un adversaire en pleine bourre, qui reste sur 6 matchs sans défaite, avec des victoires convaincantes sur les derniers matchs. On ne gagne pas par hasard 4-0 au CA Bastia… J’ai vu leurs matchs, et ils les gagnent haut la main. Pour moi, Béziers est un candidat qui se replace pour la montée en Ligue 2. Cela en fait un candidat sérieux.

L’entrée de Bozok à Marseille vous a aussi fait du mal.

Oui, c’est un très bon joueur de National. Après, j’aimerai obtenir des penaltys comme ils ont obtenu. En première mi-temps, Rodrigue se fait pousser dans la surface mais l’arbitre ne siffle rien. Eux, savent obtenir des pénaltys, et les arbitres savent leur donner. Alors, les penaltys il faut savoir les provoquer, il faut déjà être dans la surface. Mais j’aimerai que l’on ait des penaltys et que l’on nous accorde des comme ça. Cela faciliterait certains matchs…

Thomas Martin : « J’espère que ma saison est lancée »

Thomas Martin : « J’espère que ma saison est lancée »

Arrivé cet été en provenance du FC Chambly, Thomas Martin a connu une première partie de saison tronquée par une suspension et une blessure persistante. De retour sur les terrains, il espère que les ennuis sont désormais derrière lui afin d’enchaîner les matchs. Nous sommes revenus avec lui sur cette période difficile mais aussi sur son passage au PSG et son amour pour la ville d’Honfleur.

Tout d’abord, comment vas-tu physiquement ? Peux-tu nous expliquer la blessure que tu as eue ?

Ça va mieux après tout ce qui m’est arrivé. J’ai un œdème osseux qui est actuellement un peu plus résorbé que ce qu’il a pu être. La première alerte est intervenue lors du premier match amical contre Créteil. J’ai ensuite eu pas mal de récidives qui me faisaient repartir de zéro dans ma préparation. J’ai donc dû ensuite m’arrêter 3 mois. Je suis revenu avant la trêve hivernale mais j’ai attrapé la grippe, qui a entraîné une gingivite, et qui m’a fait perdre 6 kg ! Il fallait donc que je fasse attention à mon œdème mais aussi à une reprise de poids car le corps ne peut pas changer comme ça du jour au lendemain. C’était assez compliqué.

Tu as connu un début de saison difficile, entre ta suspension et ta blessure… Comment as-tu vécu cela ?

Ce n’était pas facile. J’avais cette suspension qui n’était pas à mon avantage car je ne pouvais pas jouer. J’avais encore 4 matchs à purger après en avoir fait 3 avec Chambly. C’était une préparation un peu tronquée au final car je me préparais tout en sachant que je ne jouerai pas les 4 premiers matchs. En même temps, j’avais cette blessure et ce n’était pas spécialement bon car je l’entretenais et au final, on a décidé avec le staff d’arrêter. C’est la première fois de ma carrière que je suis arrêté aussi longtemps. J’avais connu quelques pépins mais jamais à ce point.

En plus l’équipe ne marchait pas trop bien…

Oui, vivre ça de l’extérieur ce n’était pas spécialement bon. J’étais spectateur, je ne pouvais pas apporter ma pierre à l’édifice, je ne pouvais rien faire, j’étais démuni. Mais je n’ai pas pour autant baissé les bras, je ne suis pas du genre à déprimer. Au contraire, je suis quelqu’un de positif.

Peut-on dire que ta saison est enfin lancée ?

Je l’espère ! Cela va de mieux en mieux. Cette semaine, cela va même beaucoup mieux que la semaine dernière. Retrouver 100% de ses moyens est très difficile, je le vois. Il y a deux semaines, j’avais encore du mal, et puis il y a toujours des petits pépins qui accompagnent la blessure de départ. Ce n’est pas facile de retrouver son niveau à 100%.

Les 4 dernières saisons, tu as évolué dans 4 clubs. Comment analyses-tu cela ?

Cela a été plusieurs contextes totalement différents. Je suis passé par Quevilly où je fais une bonne saison en CFA. J’espérais ensuite jouer en National mais je n’ai pas eu de proposition concrète. Quand j’ai reçu une offre du PSG pour jouer en CFA, le choix a rapidement été fait car c’était une expérience à vivre. Ensuite, comme j’avais l’ambition de progresser et gravir des échelons, j’ai décidé d’aller à Chambly en National avant de rejoindre le Paris FC l’été dernier.

Tu as déjà évolué sous un maillot parisien puisque tu as joué une saison en réserve du PSG, où tu étais même le capitaine. Qu’as-tu appris lors de cette saison ?

J’ai appris beaucoup de choses. Je pense que j’ai plus appris en un an au PSG qu’ailleurs. Surtout quand je côtoyais les grands joueurs (Thomas s’est entrainé une douzaine de fois avec l’équipe première, ndlr). J’ai vu leurs attitudes sur et en dehors du terrain et l’exigence qu’ils ont au quotidien. J’observais beaucoup celui qui est à mon poste, Thiago Motta, notamment son jeu avec et sans ballon. Ils sont toujours à la recherche de la perfection, et toujours avec une envie de gagner. J’ai eu une année enrichissante à ce niveau-là.

As-tu encore des contacts avec des joueurs du PSG ?

Oui avec certains. J’ai d’ailleurs félicité Presnel Kimpembé pour son match face au FC Barcelone.

Il y a une date qui restera marquée dans ta carrière : le 30 décembre 2014. Qu’as-tu ressenti au moment de remplacer Marco Verratti face à l’Inter Milan lors d’un match amical à Marrakech ?

C’était un moment inattendu. Cela a été un sentiment assez bizarre que je n’avais jamais ressenti quand je suis rentré sur la pelouse. Toute ma carrière a défilé dans ma tête pendant un flash qui a duré 15 secondes. C’était assez spécial, ce fut la première fois que je ressentais ce type d’émotion. Et c’est la première fois que j’ai ressenti de la pression, car celle que j’ai habituellement est positive avec une envie de jouer. Là, c’était vraiment de la pression à se faire dessus ! Mais c’était un super moment.

Tu éprouves beaucoup d’amour pour ta ville natale, Honfleur.

Honfleur, pour moi, c’est tout ! C’est là que j’ai commencé. J’ai du mal à expliquer l’attachement que j’ai pour cette ville mais c’est vrai que je la trouve magnifique et j’aime bien l’état d’esprit qui y règne. Je suis très proche du club de football d’Honfleur, le CS Honfleur, où j’ai beaucoup d’amis qui y jouent. Cette ville me permet d’avoir des repères et il ne faut pas oublier le football amateur quand on est dans le monde professionnel.

Tu pourrais travailler à l’office de tourisme ! Que peux-tu nous dire pour nous convaincre d’aller en vacances à Honfleur ?

Ah oui clairement ! Je vous invite à y aller avec votre conjoint(e), c’est une ville où on peut se balader au bord de la mer avec les mouettes qui chantent, c’est dépaysant. C’est seulement à 2 heures de Paris et je prends cela, avec des amis, comme une chance d’avoir un logement à Honfleur !

Deviendras-tu maire d’Honfleur plus tard ?

Non peut-être pas maire mais j’espère, selon la suite de ma carrière, avoir un gros rôle au CS Honfleur et faire évoluer ce club.

Paris FC – AS Béziers : Le groupe parisien

Paris FC – AS Béziers : Le groupe parisien

Pour la réception de l’AS Béziers, ce vendredi dans le cadre de la 22e journée de National au stade Charléty (20h00), Réginald Ray a retenu un groupe de 16 joueurs.

Gardiens : Demarconnay, Aupic

Défenseurs : Bakayoko, Mary, Bong, Lybohy, Sidibé

Milieux de terrain : Alami Bazza, Pierazzi, Bongongui, Nomenjanahary, Martin, Massouema, Ech-Chergui

Attaquants : Ribelin, Camara