S. Soubeyrand : « On reste dans le match grâce à Karima »

S. Soubeyrand : « On reste dans le match grâce à Karima »

Après le succès du Paris FC sur la pelouse de Soyaux ce samedi (2-0), Sandrine Soubeyrand est revenue pour notre site internet sur la prestation des Parisiennes soulignant notamment le pénalty arrêté par Karima Benameur.

Sandrine, nouvelle victoire cet après-midi, deuxième succès de rang pour l’équipe. Comment jugez-vous la performance des joueuses ?

« C’est une très bonne chose de s’imposer aujourd’hui. Nous n’avons pas beaucoup mis en difficulté mais le pénalty avant la mi-temps aurait pu nous faire mal. Mais Karima nous a laissé dans le match avec cette belle parade. En première période, nous avons manqué de justesse. La seconde période a été beaucoup mieux maîtrisée, notre prestation sur ces 45 dernières minutes a été convaincante ».

La semaine dernière, face à Rodez (4-0), vous aviez pointé du doigt, en conférence de presse, une seconde période mal gérée. Aujourd’hui à Soyaux, vous en êtes satisfaite ?

« Comme je l’ai dit auparavant. Cette seconde période a été très convaincante. En fait, pour que le match soit parfait, il faudrait la première période contre Rodez et la seconde d’aujourd’hui. Nous devons garder de la constance sur 90 minutes et nous devons inscrire plus de buts pour ne pas laisser espérer l’adversaire ».

Entamer la semaine avec 3 points, c’est idéal. Samedi prochain, c’est un tout autre adversaire qui se présente devant vous : les Girondins de Bordeaux.

« Pour commencer une semaine de travail, c’est très bien. C’est une équipe qui est devant nous au classement, donc ce sera un match évidemment compliqué. Il faudra donc redoubler d’efforts toute la semaine pour essayer d’aller chercher une troisième victoire consécutive ».

Soyaux – Paris FC (0-2) : D’une maîtrise totale

Soyaux – Paris FC (0-2) : D’une maîtrise totale

Opposées à Soyaux pour le compte de la 7ème journée de D1 Féminine, les joueuses de Sandrine Soubeyrand remportent leur deuxième match consécutif (2-0). Une belle démonstration de force dans un match dominé de la première à la dernière minute.

Il y a une semaine, le Paris FC avait complètement asphyxié Rodez au Stade Robert Bobin en inscrivant deux buts après seulement six minutes de jeu. Ce samedi à Soyaux, l’entame est tout aussi idéale… sans la réussite ! 3 corners après quatre minutes, une grosse intensité, une bonne agressivité. Tous les ingrédients pour un après-midi parfait. Clara Mateo est à quelques millimètres de reprendre un très bon centre de Greboval, mais l’attaquante parisienne est trop courte (9e). Cinq minutes plus tard, c’est Mathilde Bourdieu qui récupère le ballon aux abords de la surface de réparation et tente sa chance. Sa lourde frappe est arrêtée par Romane Munich (15e). La jeune parisienne se met une nouvelle fois sur orbite avec un centre parfait pour Linda Sallstrom. La Finlandaise prend le meilleur sur la gardienne charentaise et ouvre le score pour le Paris FC, récompensant la nette domination parisienne (1-0, 21e). Un quatrième but cette saison pour notre attaquante qui s’est adaptée parfaitement au championnat français depuis son arrivée cet été. Soyaux s’offre deux réactions coup sur coup mais ni Babinga (23e) ni Cambot (28e) ne réussissent à tromper la vigilance de Karima Benameur. Les affaires ne s’arrangent pas pour les Charentaises perdant Boudaud sur blessure (35e). Alors que le Paris FC pense rentrer tranquillement aux vestiaires avec une avance d’un but. L’arbitre siffle un pénalty pour Soyaux après une faute d’Estelle Cascarino dans la surface (44e). Mais Clérac voit son tir arrêté par la main (très) ferme de Karima Benameur (45e) !

Après la pause, le pénalty manqué fait beaucoup de mal aux Charentaises. Surtout quand Mathilde Bourdieu se lance dans un raid solitaire et déclenche un tir limpide à l’entrée de la surface de réparation. Romane Munich ne peut rien sur cette merveille de frappe qui se loge dans sa lucarne gauche (2-0, 56e). Sans jamais être véritablement inquiétée les joueuses de Sandrine Soubeyrand auraient pu alourdir le score si la gardienne charentaise avait eu un peu moins de réussite face à Mathilde Bourdieu (72e et 80e) ou Elisa De Almeida (90+3e). Plus rien ne sera donc marqué en cet bel après-midi.
Nos Parisiennes s’imposent 2-0 sur la pelouse de Soyaux et confirment donc le regain de forme ! À noter le retour à la compétition d’Anaïg Butel après quelques semaines d’absence. Tous les feux sont au vert avant d’accueillir les Girondins de Bordeaux samedi prochain au Stade Robert Bobin (14h30) et de, pourquoi pas, poursuivre sur cette belle lancée !

La fiche technique

Soyaux – Paris FC : 0-2 (0-1)
Stade Léo Lagrange.
7ème journée de D1 Féminine.

Buts : Linda Sallstrom (21e) et Mathilde Bourdieu (55e).
Avertissements : Couturier (65e) et Collin (87e).

ASJ Soyaux : Munich – Boudaud (Collin, 35e), M’Bassidje, Tandia, Cissoko (Da Costa, 84e) – Clerac, Couturier, Pingeon, Canon, Cambot, Babinga (Bourgouin, 62e).
Paris FC : Benameur – Greboval, Cascarino, De Almeida, Aigbogun – Bilbault (Abam,90+1e), Benoit (Butel, 73e) – Bourdieu (Makanza, 84e), Thiney, Mateo – Sallstrom

L’agenda du week-end

L’agenda du week-end

Vendredi 19 octobre 2018

Ligue 2 : Paris FC – Châteauroux (20h00), au Stade Charléty

Samedi 20 octobre 2018

D1 Féminine : Soyaux – Paris FC (14h30), au Stade Léo Lagrange
U19 Féminines : Gobelins – Paris FC 4 (17h00), au Stade Georges Carpentier
U17 R1 : Paris FC – Torcy (17h30), au Stade Déjérine
U16 Féminines : Gobelins – Paris FC (17h00), au Stade Boutroux
U15 R1 : Paris FC – Argenteuil (14h00), au Stade Déjérine
U15 R3 : Joinville – Paris FC 2 (14h00), au Jean-Pierre Garchery
U15 D1 : Paris FC 3 – CFF Paris (16h00), au Stade Déjérine
U15 D3 : Paris FC 4 – Créteil Lusitanos (15h00), au Stade Déjérine

Dimanche 21 octobre 2018

N3 : Le Mee Foot – Paris FC (15h00), au Parc Des Sports De Pozoblanco
U19 Nationaux : Quevilly – Paris FC (15h00), au Stade Mahmoud Tiarci
Challenge National Féminin U19 : Issy Foot – Paris FC (15h00), au Stade Marcel Bec
U19 R1 : Montfermeil – Paris FC (13h00), Stade Henri Vidal
U17 R2 : Aulnay – Paris FC 2 (13h00), au Stade Vélodrome
U16 : Paris FC – Villejuif (13h00), au Stade Déjérine

Soyaux – Paris FC : Une embellie à confirmer

Soyaux – Paris FC : Une embellie à confirmer

Après leur franc succès face à Rodez (4-0) la semaine dernières, les Parisiennes sont de retour sur les terrains pour confirmer les progrès affichés sur le terrain. Pour le compte de la 7ème journée de D1 Féminine, le Paris FC se rend sur le terrain de Soyaux ce samedi (14h30).

« Il y a des choses qui ne m’ont pas plu en seconde période » affirmait Sandrine Soubeyrand la semaine dernière. Et pourtant, son équipe venait tout juste de dominer assez largement Rodez au Stade Robert Bobin (4-0). C’est dire la volonté de la nouvelle coach du Paris FC de pérenniser la performance, première et seconde périodes incluses. Ce qui est certain, c’est que le jeu proposé face aux Ruthénoises était vraiment plaisant. Trois buts en 26 minutes, des occasions, un pressing assez contant. Nos Parisiennes sont sur de bons rails. Il faut d’ailleurs le confirmer dès ce samedi. En face d’elles, cette fois-ci, un historique de la D1 Féminine, l’ASJ Soyaux. Au lendemain de sa lourde défaite à Dijon (0-3), le club charentais espère réagir devant son public. À l’image du début de championnat du Paris FC, les Sojaldiciennes ont sombré face au Paris Saint-Germain (0-6) et l’Olympique lyonnais (0-4) mais le revers en Côte d’Or a dû assommer un peu les joueuses. Mais attention au regain de forme !

La saison dernière…

Une victoire, un nul. Voilà le bilan de nos Parisiennes lors du précédent exercice face à Soyaux. Elles s’étaient imposées à l’aller (2-1) grâce à des buts de Clara Mateo et Mathilde Bourdieu. Lors du match retour, elles avaient dû se contenter d’un match nul (0-0) en Charente.

Focus : Gaetane Thiney en très grande forme

De retour de sélection jeudi dernier, la capitaine parisienne était d’attaque au Stade Robert Bobin dès le samedi. Et le moins que l’on puisse dire c’est que Gaetane était en pleine possession de ses moyens. Un doublé en 6 minutes et deux passes décisives qui ont suivi… Difficile de faire mieux. Le Paris FC aura donc besoin de ses passes lumineuses et de son instinct de buteuse en Charente.

Programme complet de la 7ème journée de D1 Féminine

Samedi 20 octobre 2018 :
Paris Saint-Germain – Dijon (14H30, sur Canal + Sport)
Soyaux – Paris FC (14H30, sur FOOT +)
Rodez – Fleury (14H30, sur FOOT +)
Montpellier – Metz (14H30, sur FOOT +)
Guingamp – Lille (14H30, sur FOOT +)

Dimanche 21 octobre 2018 :
Olympique lyonnais – Bordeaux (15h00, sur Canal + Sport)

Elisa De Almeida : « Ma saison a vraiment démarré »

Elisa De Almeida : « Ma saison a vraiment démarré »

À quelques jours d’un déplacement important à Soyaux, pour le compte de la 7ème journée de D1 Féminine, Elisa De Almeida nous a livré ses impressions de débuts de saison. L’arrivée de Sandrine Soubeyrand, la belle victoire face à Rodez ou encore la Coupe du monde U20… Interview.

Élisa, après un début de saison compliqué, vous venez de réaliser une très belle performance face à Rodez au Stade Robert Bobin (4-0). Quel a été ton sentiment après ce succès ?

On en avait vraiment besoin. Nous restions sur quatre matchs sans victoire. Il nous fallait au moins ça. Le contenu était très intéressant. Et pour le premier match de la coach, qui plus est devant notre public, c’était vraiment parfait.

Justement l’arrivée de Sandrine Soubeyrand à la tête de l’équipe première a été l’évènement de ces dernières semaines au club. Comment as-tu appréhendé sa venue ?

Avant toute chose, je souhaite remercier Pascal Gouzènes pour son travail au sein de l’équipe. Personnellement, je suis très heureuse de l’arrivée de Sandrine Soubeyrand. Son passé de joueuse apporte bien évidemment une plus-value. Sa dynamique de travail, sa vision différente d’appréhender les entraînements… on constate que la mayonnaise prend tranquillement donc c’est une très bonne chose. La victoire contre Rodez n’est que la confirmation que tout se passe très bien.

Sandrine Soubeyrand, ancienne grande joueuse de D1 mais aussi sélectionneur chez les jeunes féminines. La relation entre une coach et une joueuse ce n’est pas la même chose qu’entre sélectionneur et sélectionnée, n’est-ce pas ?

J’ai eu la coach en tant que sélectionneur en équipe de France U17, du coup je la connaissais. Mais c’est vrai que c’est totalement différent. À l’époque, j’avais 16 ans, c’était plus une relation de coach à jeune joueuse, aujourd’hui, j’ai l’impression que nous parlons d’adulte à adulte. C’est différent. En sélection, on impose le vouvoiement par exemple, alors je vous laisse imaginer quand je suis arrivée les premiers jours face à la coach. Impossible de la tutoyer (rires). Avec le temps, ça commence à aller mieux mais ça n’a pas été facile.

Revenons un peu plus au terrain. Ton début de saison a été entaché par une blessure qui t’a empêché de participer au derby contre Fleury (1-1). Comment te sens-tu aujourd’hui ?

Contre Lyon, les ischio-jambiers ont un peu tiré. Le staff a donc préféré me laisser au repos. C’était difficile pour moi parce que j’avais vraiment envie de jouer ce derby. Mais ç’a été bénéfique… Contre Rodez, je me suis bien sentie. Les sensations étaient bonnes. Donc, je touche du bois, mais je pense que ma saison a vraiment démarré.

« La Coupe du monde U20 ? Une expérience inoubliable »

Si on revient un peu en arrière… Ta saison a commencé par la Coupe du monde U20. Quelques semaines plus tard, que ressors-tu de cette expérience ?

Quelques mois après, on relativise. L’expérience a été juste incroyable, inoubliable. Que ce soit au point de vue sportif que humain. Jouer une compétition internationale, devant son public, c’était juste fou. La Bretagne est une vraie terre de foot donc l’engouement se sentait dans les rues, dans les stades…
Footballistiquement parlant, c’était plus délicat. La défaite en demi-finale face à l’Espagne a été dure à digérer. On visait la victoire finale. Maintenant, les semaines passent, et il faut avancer, donc je ne retiens que le positif !

Dans quelques mois aura lieu la Coupe du monde 2019 en France. Tu as connu les sélections U17 et plus récemment U20. Y penses-tu dans un coin de ta tête ?

Je pense que n’importe quel sportif pense à l’équipe de France. Mais pour l’instant, je pense surtout à mon club, le Paris FC. Je souhaite glaner le plus de temps de jeu possible cette saison et apporter ma pierre à l’édifice. Alors oui, l’équipe de France est dans un coin de ma tête, mais ce n’est pas une obsession.

Pour terminer samedi, à 14h30, le Paris FC se déplace sur le terrain de Soyaux. Comment faut-il aborder ce match ?

On est dans une bonne dynamique après notre victoire contre Rodez. Le match à Soyaux ne sera pas facile face à un bloc compact, qui met de l’intensité dans les impacts et de l’agressivité. À nous de montrer nos qualités pour gagner notre premier match à l’extérieur.

Sponsors