OUSMANE SIDIBÉ

DEFENSEUR, 32 ans

Né le 23 Avril 1985

Taille : 1,78m

Poids : 76kg

Au Paris FC depuis Juin 2016

 

Né à Paris dans le 19ème arrondissement et formé au Football Club des Lilas, Ousmane Sidibé est un arrière droit expérimenté (31 ans). Après avoir porté les couleurs de Noisy-Le-Sec, Villemonble et Aubervilliers, le Parisien avait rejoint le Paris FC en 2011. Après 26 matchs en National, il avait signé à l’AS Cannes puis l’US Orléans où il a pleinement participé à la montée en Ligue 2 lors de la saison 2013-2014.

SAISONSCLUBS MATCHSBUTS
2017-18PARIS FC (L2)
2016-17PARIS FC (Nat)23 MATCHS-
2015-16---
2014-15Logo-OrléansORLÉANS (L2)23 MATCHS1 BUT
2013-14Logo-OrléansORLÉANS (Nat)32 MATCHS-
2012-13Logo-CannesCANNES (CFA)21 MATCHS-
2012-13PARIS FC (Nat)1 MATCH-
2011-12PARIS FC (Nat)25 MATCHS-
2010-11Logo-AubervilliersAUBERVILLIERS (CFA)30 MATCHS-
2009-10Logo-VillemombleVILLEMOMBLE (CFA)33 MATCHS-
2008-09Logo-Noisy-le-SecNOISY-LE-SEC (CFA)25 MATCHS-
2007-08Logo-Les-LilasLES LILAS (CFA2)

Défenseur latéral droit du Paris FC, Ousmane Sidibé (31 ans) est revenu cet été dans un club qu’il avait quitté il y a 4 ans. Le Parisien qui s’est façonné au fur et à mesure de ses expériences, est revenu sur son riche parcours qui a débuté dans le 19ème arrondissement. Rencontre avec un homme, international guinéen (3 sélections) qui a gravi les échelons jusqu’à la Ligue 2 avant de connaitre le chômage l’an passé.

C’est dans son quartier d’enfance, le 19ème arrondissement de Paris, qu’Ousmane Sidibé débute le football à l’âge de 10 ans dans le club de l’Espérance Paris. Il porte ensuite les maillots du RC Paris 10, du FC Les Lilas et du Villepinte FC. Régulièrement surclassé, il débute en CFA à l’âge de 17 ans au FC Les Lilas. A 18 ans, le défenseur tente sa chance en Italie, à Viterbese, club évoluant en C1 (3e division), mais une blessure au genou le force à revenir à Paris pour se faire opérer. Alors qu’il joue au FC Les Lilas, Ousmane Sidibé est repéré par Stéphane Boulila qui le convainc de signer une saison à Noisy-Le-Sec (CFA). « Cette signature était pour moi un tremplin. J’ai ensuite joué une saison à Villemomble (CFA) puis une autre à Aubervilliers (CFA) », nous précise-t-il. Trois clubs en trois saisons pour le parisien qui explique cette situation : « J’aime bien les défis. Malgré mes changements de club, j’ai toujours été titulaire, cela prouve un certain niveau et une régularité. Et puis, il y avait toujours un objectif précis à atteindre : le maintien avec Noisy-Le-Sec, la montée avec Villemomble puis Aubervilliers ». Ces différentes expériences vont forger un homme ambitieux qui n’a pas pu profiter d’un centre de formation professionnel lors de sa jeunesse : « Cela m’a permis de gravir les échelons petit à petit, je pense avoir fait le bon choix avec ces clubs-là ».

Une première expérience mitigée au Paris FC

Après avoir évolué trois saisons en CFA, Ousmane est recommandé par Kamel Bousseliou au Paris FC (National) en juin 2011. « J’étais attiré par le fait de jouer en National et de franchir un nouveau palier dans ma progression », raconte-t-il. La première saison est un bon apprentissage pour cet homme, souriant de nature, qui dispute 25 rencontres dans une saison avec des résultats en dents de scie et un maintien à la dernière journée. Il connaîtra également durant cette saison sa première sélection en équipe nationale de Guinée. Mais l’arrivée de Jean-Marc Guillou au Paris FC va perturber les plans du Parisien : « Il a fait venir des joueurs d’un peu partout et nous avons été plusieurs à ne pas être respectés. On a été mis de côté, il a donné plus d’importance à ses joueurs et j’ai préféré partir ». Ousmane quitte alors la région parisienne et signe à l’AS Cannes. Nommé capitaine par Jean-Marc Pilorget, le défenseur va réaliser une belle saison mais le club cannois manque la montée de peu en terminant à la seconde place.

Ses prestations sont tout de même remarquées et Ousmane rejoint l’US Orléans (National) où il va participer activement à la montée en Ligue 2 en disputant 32 rencontres lors de la saison 2013-2014. Après un bon début de saison, l’opération maintien de l’US Orléans va notamment être perturbée par l’affaire des matchs présumés truqués du Nîmes Olympique. Sanctionné le 17 mars 2014 d’une relégation en National par la commission de discipline de la Ligue, Nîmes va finalement être « repêché » par la commission supérieure d’appel de la FFF seulement quelques jours avant la dernière journée. « Cela nous a porté préjudice. On visait la 18e place qui devait nous permettre de nous maintenir et on leur a donné raison. Toute cette histoire n’était pas claire et ce fut un coup derrière la tête pour nous », explique-t-il. Touché également à la tyroïde, Ousmane Sidibé ne peut aider pleinement son équipe à se maintenir.

« Je n’avais pas imaginé me retrouver sans club »

En fin de contrat, Ousmane Sidibé n’est pour autant pas sans proposition : « Dès le mois de décembre, j’ai eu une proposition pour rejoindre Niort. Mais j’avais souhaité rester à Orléans pour aider l’équipe à se maintenir d’autant plus que ma famille s’y sentait bien. Et à la fin de saison, le Red Star, Créteil et Niort me souhaitaient. Dans ma tête, j’étais assuré de poursuivre en Ligue 2 ». Mais malheureusement, les choses ne se passent pas comme prévu : « Je me suis retrouvé le cul entre deux chaises. J’ai refusé des projets de National, comme Strasbourg, en pensant que j’allais signer dans l’un des trois clubs de Ligue 2, mais rien ne s’est finalement fait. Il y a eu un gros concours de circonstances… J’ai de gros regrets car c’était pour moi la suite logique de ma progression. Je suis parti du plus bas et j’ai gravi les échelons jusqu’à la Ligue 2. J’ai fait une bonne saison alors que je découvrais ce championnat, j’avais été nommé plusieurs fois dans l’équipe type France Football, je n’avais pas imaginé me retrouver sans club… Je me disais « mais il y a un problème ! ». Sur le coup, ça m’a un peu dégoûté ». Auteur de 23 matchs de Ligue 2, Ousmane Sidibé se retrouve alors au chômage. Un moment pas facile à vivre : « Heureusement que j’ai eu le soutien de ma famille, de mes amis et de mon agent ». Avec son mental de guerrier, le défenseur ne lâche rien et s’entretient physiquement : « J’ai pris un préparateur physique et un ostéopathe. Les premiers jours étaient durs mentalement mais j’ai persévéré et cela m’a endurci. Le plus dur fut de voir mes amis jouer et de me dire que je devrais être avec eux. Cela m’a permis de bien réfléchir et d’avoir les idées plus claires ».

« J’ai cru en moi et j’ai su rebondir »

Après une saison sans jouer, le Paris FC va lui faire confiance : « Le Paris FC m’a accueilli et je les remercie, que ce soit le Président Pierre Ferracci avec qui j’avais de très bonnes relations ou le Manager Général Pierre Dréossi ». Il retrouve alors le club parisien et le stade Charléty qu’il avait connu il y a quelques saisons : « J’ai cru en moi et j’ai su rebondir ». En forme dès les premiers matchs, Ousmane, surnommé Piccolo (personnage dans le manga Dragon Ball), a connu un petit passage à vide : « J’ai eu un contre coup physique qui s’explique par la période où je n’ai pas joué durant un an. J’ai eu besoin de me refaire une santé et depuis 3 matchs je me sens très bien. J’ai aussi gardé mon préparateur physique et mon ostéopathe qui s’occupent de moi ».