Paris FC – Soyaux (0-0) : Sans saveur

Paris FC – Soyaux (0-0) : Sans saveur

Dans un match pauvre en occasions de but, le Paris FC est tenu en échec à domicile face à Soyaux pour le compte de la 18ème journée de D1. Les joueuses de Sandrine Soubeyrand sont restées muettes offensivement et ont été sauvées par leurs montants.

Pour cette 18ème journée de D1 Féminine, Sandrine Soubeyrand peut compter sur deux retours importants : Mathilde Bourdieu et Annaïg Butel, toutes deux titulaires face à Soyaux. Dans les premières minutes, les deux formations jouent une nouvelle fois avec un vent capricieux. Thiney se met en évidence sur une tentative de lob suite à un mauvais dégagement de Munich (15e). Après un autre renvoi hasardeux de la défense sojaldicienne, Mateo voit sa frappe passer au-dessus de la transversale (19e). C’est Soyaux qui se procure la plus grosse occasion de la première période. Cambot, lancée côté gauche, percute et dribble Butel. Sa frappe instantanée du droit termine sa course sur le poteau gauche de Benameur, battue (23e). Quelques instants plus tard, Bourdieu est contrainte de sortir après une douleur au genou. Une terrible nouvelle pour l’attaquante parisienne de retour de blessure depuis quelques jours seulement… (29e). Plus rien n’est tenté avant la pause.

Au retour des vestiaires, le Paris FC accélère. Sallstrom déborde côté droit mais bute sur Munich (46e). Une nouvelle fois, Soyaux touche les montants. Sur un coup-franc de Lahmari, l’ancienne joueuse du Paris FC voit son tir s’échouer sur la transversale de Benameur (51e). Thiney n’est pas loin de trouver la lucarne mais sa frappe, après un très bon travail de Mankanza côté droit, passe à côté (60e). Après Bourdieu, c’est Benoit qui doit céder sa place après un choc près de sa surface de réparation. Oriane Jean-François la remplace, pour ses premières minutes en D1 (69e). Benameur sauve les siennes à quelques minutes du coup de sifflet finale quand Cambot se retrouve seule face à elle (81e). Malgré une dernière offensive de Mateo, le Paris FC ne parvient pas à marquer (90+3e).

Score nul et vierge à Bobin. Le Paris FC est tenu en échec par Soyaux. Prochaine échéance : la réception de Dijon, le 30 mars au stade Robert Bobin.

La fiche technique

Paris FC – ASJ Soyaux : 0-0
Stade Robert Bobin

Paris FC : Benameur – Jaurena, Butel, Cascarino, Soyer (Carvalho, 74e), Vaysse, Benoit (Jean-François, 69e), Bourdieu (Makanza, 29e), Thiney (c), Matéo, Sällström.
ASJ Soyaux : Munich – Boudaud, M’Bassidjé, Couturier, Cissoko, Lahmari (Pingeon, 71e), Tandia (c), Da Costa, Bourgouin, Dumont (Babinga,76e), Cambot (Canon, 87e).

Châteauroux – Paris FC (0-1) : Du travail bien fait

Châteauroux – Paris FC (0-1) : Du travail bien fait

Pour la 5ème fois sur les 6 derniers déplacements, le Paris FC s’impose à l’extérieur. Cette fois-ci, à Châteauroux (1-0). Grâce à Silas Wamangituka, le club de la capitale monte provisoirement sur le podium.

Comme face à Niort, Mecha Bazdarevic doit composer sans Akichi et Lopez. Kouamé et Ourega remplacent numériquement les deux absents dans le onze de départ. Kouamé est le premier joueur à se créer une occasion. Après avoir lancé Pitroipa dans la profondeur, le milieu récupère un ballon lâché par Pillot. Son lob est sorti sur la ligne par Alhadhur (3e). Après cinq bonnes minutes, c’est Châteauroux qui met le pied sur le ballon. Sur un corner tiré au second poteau, Raineau contrôle de la poitrine et reprend de volée mais Yohou est sur la trajectoire (10e). Les occasions se font rares. Il faut deux belles interventions de Kanté et Yohou devant Mandanne pour éviter une frappe castelroussine (28e). Demarconnay doit intervenir sur sa ligne après plusieurs coups de tête après un corner (32e). Pitroipa prend les choses en main et accélère. Le Burkinabé décale parfaitement Ourega qui frappe en angle fermé. Pillot se couche (40e). 0-0 après les 45 premières minutes.

Après la pause, c’est Paris qui se montre dangereux. Pitroipa, côté droit, adresse un centre millimétré pour Wamangituka mais l’attaquant parisien place sa tête au-dessus (49e). Ce même Wamangituka voit sa déviation fuir le cadre, après un coup-franc de Nomenjanahary (54e). La troisième est finalement la bonne. Sur un travail remarquable de Nomenjanahary côté droit, Wamangituka reprend instantanément du droit dans la surface et trompe Pillot (59e, 0-1). 7ème but du jeune parisien cette saison. Châteauroux tente rapidement de répondre mais la lourde frappe de Sissako à 25 mètres passe au-dessus (63e). Le match est beaucoup haché par les nombreuses fautes. Les entrées de Touré, Sarr et Bamba apportent de la fraîcheur et de la solidité. Malgré les derniers assauts castelroussins, le Paris FC réussit à tenir.

13ème victoire de la saison pour les joueurs de la capitale qui poursuivent leur belle saison. Une semaine de trêve internationale et les Parisiens retrouveront le stade Charléty le 29 mars face à l’AJ Auxerre.

La fiche technique

La Berrichonne de Châteauroux – Paris FC : 0-1 (0-0)
Stade Gaston-Petit
3371 spectateurs.

Arbitre : Monsieur Rainville.

But : Wamangituka (59e) pour le Paris FC.
Avertissements : Livolant (29e), Mandanne (73e) et Sangante (80e) pour Châteauroux. Kouamé (70e) pour le Paris FC.

La Berrichonne de Châteauroux : Pillot – Mbone, Conde, Raineau, Alhadhur, Sissako (Diarra, 83e), Sangante, Barthelme, Tounkara, Livolant (Soumaré, 68e), Mandanne. Entr : N. Usaï.
Paris FC : Demarconnay (c) – Perraud, Yohou, Kanté, Karamoko – Kouamé, Mandouki, Pitroipa – Ourega (Touré, 70e), Nomenjanahary (Sarr, 81e), Wamangituka. Entr : M. Bazdarevic

Paris FC – Lorient décalé au lundi 15 avril

Paris FC – Lorient décalé au lundi 15 avril

La LFP a fixé officiellement la programmation de la 32ème journée de Domino’s Ligue 2. La rencontre entre le Paris FC et le FC Lorient se déroulera le lundi 15 avril à 20h45 au stade Charléty. Elle sera diffusée en direct et en intégralité sur Canal + Sport.

Les billets seront prochainement disponibles sur la billetterie en ligne, et vous pourrez alors profiter d’une réduction qui vous permettra également de réduire considérablement votre temps d’attente à l’entrée du stade. Les joueurs parisiens auront besoin de votre soutien, venez nombreux !

Les tarifs :
Plein tarif : 15€ (13€ sur le web)
Tarif réduit : 10€ (9€ sur le web)
Gratuit -12 ans

Vous pouvez réagir sur les réseaux sociaux à propos du match avec les hashtags #PFCFCL et #TeamPFC.

 

L’agenda du week-end

L’agenda du week-end

Vendredi 15 mars 2019

Domino’s Ligue 2 : Châteauroux – Paris FC (20h00), au Stade Gaston-Petit

Samedi 16 mars 2019

D1 Féminine : Paris FC – ASJ Soyaux (14h30) au Stade Robert Bobin
N3 : Paris FC (2) – Meaux (18h00), au Stade Déjerine
R1 Féminine : Fleury 91 – Paris FC 2 (18h00), au Stade René Fayel
U19 Féminines : Paris FC (2) – Paris FC 3 (15h45), au Stade Déjerine
U19 Féminines : Mantois 78 – Paris FC 4 (16h00), au Stade Jean-Paul David
U16 Féminines : Paris FC (2) – Rueil Malmaison (14h30) au Stade Raoul Perrin
U16 Féminines : Fleury 91 – Paris FC 4 (17h00), au Stade Interco Panserot
U15 R1 : Paris FC – Torcy (14h30), au Stade Déjerine
U15 R3 : Evry – Paris FC 2 (15h00), au Stade Jean-Louis Moulin
U15 D1 : Paris FC (3) – Joinville (14h00), au Stade Déjerine
U15 D3 : Paris FC (4) – Orly (16h45), au Stade Déjerine

Dimanche 17 mars 2019

Challenge National Féminin U19 (Elite) : Paris FC – Montpellier (14h30), au Stade Jean Bouin
U19 R1 : Bobigny – Paris FC 2 (13h00), au Stade Henri Wallon
U17 R1 : Paris FC – Montfermeil (13h00), au Stade Déjerine
U17 R2 : Entente SSG – Paris FC 2 (12h30), au Stade Auguste Delaune
U16 : Paris FC  – Paris Saint-Germain (15h00), au Stade Déjerine
+ 45 ans : Paris FC – St Mande, au Stade Déjerine

Estelle Cascarino : « Une troisième place, ce n’est pas rien »

Estelle Cascarino : « Une troisième place, ce n’est pas rien »

Avant d’affronter Soyaux pour le compte de la 18ème journée de D1 Féminine, Estelle Cascarino s’est confiée à notre micro. Elle a notamment abordé l’élimination en coupe de France, sa saison et les objectifs à cinq journées du terme de la saison.

Revenons tout d’abord sur la défaite en demi-finale de coupe de France face à Lille (0-1). Ce fut une désillusion pour tout un groupe…

Oui… Nous sommes toutes déçues. Il y avait beaucoup d’attente autour de ce match. Nous n’avons pas su mettre les bons ingrédients pour s’imposer. Il y avait sûrement un peu de pression mais ça n’excuse pas tout. Nous avons manqué d’agressivité, de hargne… Il faut rebondir maintenant.

Avec cette élimination, il reste tout de même une troisième place à aller chercher juste derrière Lyon et le Paris Saint-Germain.

C’est l’objectif ! Il reste cinq matchs de championnat. Il faut tous les gagner. Une troisième place, le podium, ce n’est pas rien. Bordeaux a pris 6 points d’avance mais on affronte Montpellier et Bordeaux lors des deux derniers matchs de championnat. Alors avant cette ultime ligne droite, nous nous devons de prendre 9 points.

Comme tu l’as dit, c’est la dernière ligne droite. Peux-tu dresser un premier bilan de ta saison ?

Il y a eu des hauts et des bas. Actuellement, je suis en forme. Concernant mes performances, je pense que je dois être plus régulière. Sandrine a fait appel à moi à plusieurs postes donc je me dois de répondre aux besoins de l’équipe.

Justement, tu as très souvent été amenée à jouer en défense centrale avec différentes coéquipières. Il y a eu pas mal de blessées cette saison. Comment t’adaptes-tu aux différentes absences ?

C’est vrai, il y a eu Elisa, Julie, Annaïg et plus récemment Rebecca. Je suis là pour m’adapter à ce genre de situation. La relation sur le terrain est différente avec chaque coéquipière. On communique beaucoup. L’entente est toujours bonne.

Tes bonnes performances ont été remarquées par Corinne Diacre qui t’a finalement appelé en équipe de France A pour remplacer une blessée. Quel est ton sentiment après cette convocation ?

Même pour un remplacement, je suis heureuse ! C’est toujours une fierté d’être appelée en Bleue. Je ne suis pas entrée en jeu mais connaître la sélection est une vraie fierté.

La Coupe du Monde de la FIFA, France 2019… Y penses-tu ?

J’y pense… Toutes les filles y pensent et c’est normal. Après je garde ça dans un coin de ma tête sans pour autant en faire une obsession.

Samedi, vous avez l’occasion de relever la tête à domicile contre Soyaux. Comment abordes-tu la rencontre ?

Comme tous les autres matchs, mais après une telle défaite, je suis encore plus motivée. Nous nous devons d’être sérieuses et d’être appliquées. Nous avons bien travaillé cette semaine. Maintenant, il faut répondre sur le terrain et, comme je l’ai déjà dit, rebondir au plus vite.

Sponsors