Féminines : Flashback sur octobre

Féminines : Flashback sur octobre

A l’entame du mois de novembre, revenons en détail sur octobre qui fut plutôt prolifique pour la section féminine du Paris FC. Focus sur les moments forts du mois dernier.

Arrivée de Sandrine Soubeyrand

Après un peu plus d’un mois de compétition, Pascal Gouzènes a décidé de se concentrer sur sa mission de directeur sportif de la section féminine du Paris FC. Marie-Christine Terroni, Pierre Ferracci et Pierre Dréossi ont donc décidé d’engager Sandrine Soubeyrand à la tête de l’équipe professionnelle. Ancienne icône du club de Juvisy, la recordwoman de sélection en équipe de France revient donc dans son club de cœur après avoir signé un contrat de deux ans et demi.

Reçu 3/3 pour la D1 Féminine

Après un début de championnat assez compliqué, nos Parisiennes ont redressé la barre. L’arrivée de Sandrine Soubeyrand et de sa connaissance du football féminin a métamorphosé l’équipe. 4-0, 2-0, 5-0… Ni Rodez, ni Soyaux, ni Bordeaux ne résistent à l’armada offensive du Paris FC mais aussi à une muraille défensive imprenable. 11 buts inscrits, 0 encaissé, les coéquipières de Gaetane Thiney remontent sur le podium pour la première fois de la saison à l’entame du mois de novembre.

Les U19 Nationales implacables

A l’image de l’équipe professionnelle, les jeunes du Paris FC réalisent un mois d’octobre (et plus précisément un début de saison…) tout simplement exceptionnel. Trois matchs, trois victoires, huit buts inscrits, zéro encaissé. Ce qui porte un total de cinq victoires en autant de matchs en challenge national pour nos U19. Jusqu’à fin décembre, les Parisiennes affronteront des adversaires géographiquement proches avant de s’attaquer à la seconde phase du challenge où le niveau sera plus relevé.

Les bénévoles et éducateurs mis à l’honneur

Jeudi 4 octobre, lors d’une réunion publique, Pierre Ferracci et Marie-Christine Terroni ainsi que Pascal Gouzènes, directeur sportif de la section féminine ont reçu bénévoles et éducateurs pour faire un point un an après la fusion avec Juvisy. L’objectif premier était de continuer à instaurer un échange permanent avec le club basé à Paris et toutes les équipes féminines basées en Essonne. Les élus du club ont essayé de répondre à toutes les interrogations mais aussi aux craintes que certaines personnes pouvaient avoir avant de terminer cet évènement par un pot de l’amitié.

La jeunesse U16 régale face… aux garçons

Seule équipe féminine à être engagée dans un championnat garçon (U15 D3), les U16 « section » du Paris FC ne sont pas là pour faire figuration. Même si leurs points ne sont pas comptabilisés, les joueuses du club de la capitale rivalisent plutôt bien avec les équipes masculines du Val-de-Marne de la division. En octobre, elles ont d’abord surclassé l’Olympique de Paris Espoir (5-1), avant de résister pour finalement craquer face au leader invaincu, Orly (1-2). Elles ont terminé octobre sur une belle victoire face à Créteil (2-1). Félicitations à elles !

Les résultats du week-end

Les résultats du week-end

Vendredi 2 novembre 2018

Ligue 2 : Paris FC 0 – 0 Sochaux / Classement

Samedi 3 novembre 2018

D1 Féminine : Montpellier HSC 2 – 0 Paris FC / Classement
N3 : Paris FC 2 – 0 Noisy Le Sec / Classement

Dimanche 4 novembre 2018

U19 R1 : Paris FC (2) 0 – 2 Red Star / Classement
U17 R1 : US Palaiseau 0 – 1 Paris FC / Classement
U17 R2 : Paris FC (2) 4 – 0 Tremblay / Classement
U16 : Sarcelles 4 – 4 Paris FC / Classement 
+45 ans : Thiais 2 – 6 Paris FC
+55 ans : Paris FC – Chevilly Larue (non communiqué)

Les U16 Féminines ont remporté le tournoi de Vaux le Penil du 1er Novembre.
Les U14 Féminines ont terminé à la troisième place sur 16 équipes.
Les U13 Féminines se sont classées troisièmes du tournoi de Meaux le 3 novembre.

L’agenda du week-end

L’agenda du week-end

Vendredi 2 novembre 2018

Ligue 2 : Paris FC – Sochaux (20h00), au Stade Charléty

Samedi 3 novembre 2018

D1 Féminine : Montpellier HSC – Paris FC (14h30), au Stade Bernard Gasset
N3 : Paris FC – Noisy Le Sec (19h00), au Stade Déjérine

Dimanche 4 novembre 2018

U19 R1 : Paris FC 2 – Red Star (13h00), au Stade Déjérine
U17 R1 : US Palaiseau – Paris FC (13h00), au Stade Georges Collet
U17 R2 : Paris FC 2 – Tremblay (13h00), au Stade Déjérine
U16 : Sarcelles – Paris FC (12h00), au Complexe Sportif Nelson Mandela
U16 Féminines : Limeil Brevannes – Paris FC
+45 ans : Thiais – Paris FC (9h30), au Stade Alain Mimoun
+55 ans : Paris FC – Chevilly Larue (9h30), au Stade Déjérine

Agenda du week-end

Agenda du week-end

VENDREDI 26 OCTOBRE 2018

Ligue 2 : AJ Auxerre – Paris FC (20h00), au Stade l’Abbé-Deschamps

SAMEDI 27 OCTOBRE 2018

D1 Féminine : Paris FC – Girondins Bordeaux (14h30), au Stade Interdépartemental Robert Bobin

Séniors Féminines R1 : Rueil- Malmaison FC – Paris FC 2 ( 17h30), au Stade du Parc T1

DIMANCHE 28 OCTOBRE 2018

U17 Paris Crédit Mutuel IDF : Drancy Jeanne d’Arc 2 – Paris FC 2 (12h00), au Stade Paul André

Yacine Kharroubi : « La fusion ? Une liaison bénéfique pour tout le monde »

Yacine Kharroubi : « La fusion ? Une liaison bénéfique pour tout le monde »

Yacine Kharroubi, coach de l’équipe évoluant en R1 nous a accordés un entretien pour évoquer notamment la fusion avec Juvisy, l’équipe sénior ou encore la jeunesse dorée des sections féminines du Paris FC. Interview.

Yacine, peux-tu te présenter et évoquer ton parcours ?

J’ai intégré le Paris FC, il y a maintenant une dizaine d’années. J’ai commencé par être éducateur pour plusieurs catégories de l’école de foot. La responsable de l’époque m’a, du jour au lendemain, demandé de reprendre l’équipe U16 féminine car l’entraîneur partait et la section risquait d’être supprimée. Au début, honnêtement, j’ai longuement réfléchi car j’avais des appréhensions, je ne connaissais pas assez le football féminin. J’ai finalement accepté et y pris goût. J’ai ensuite grandi en même temps que mes joueuses. Je les ai suivies, et j’ai recréé la catégorie sénior féminine au Paris FC qui avait été supprimée. Nous avons réussi deux montées consécutives et la section féminine a évolué.

Dix ans au Paris FC, ce n’est pas rien. Que représente le club pour toi ?

C’est tout simplement le club où tout a commencé pour moi. J’ai débuté ma « carrière » d’entraîneur ici au Paris FC. Quand j’étais encore dans mes études de STAPS, le club a su me faire confiance en me donnant rapidement des responsabilités.

Tu es donc coach de l’équipe réserve sénior qui évolue en R1 (soit le troisième niveau le plus élevé). Comment juges-tu le niveau de ton groupe ?

Il faut savoir que l’année dernière lors de la fusion avec Juvisy, de nombreuses joueuses étaient un peu dans le flou et se posaient pas mal de question. Passer d’équipe première à équipe réserve c’est toujours compliqué. Donc nous avons perdu pas mal de joueuses durant l’été. Certaines sont parties dans des clubs voisins, mais c’est un mal pour un bien. J’ai dû recomposer avec un groupe de 4, 5 joueuses des années précédentes. Ce sont des joueuses avec un très bon esprit. Et à côté de cela, j’ai de nombreuses nouvelles joueuses assez jeunes. Pour vous donner un ordre d’idée, ma plus jeune joueuse est seulement âgée de 17 ans.

Tu dois donc composer avec un groupe très jeune. Mais cela a certains avantages…

Bien évidemment, car un groupe jeune a toujours très envie. Le fait d’avoir en plus de cela une équipe U19 Nat’ et la D1, ça donne beaucoup d’espoir aux jeunes qui veulent se battre pour réussir. Les jeunes ont toujours une marge de progression. Elles sont encore en développement physiquement parlant et footballistiquement, nous pouvons donc bien travailler.

Au point de vue purement sportif, les résultats sont moyens en ce début de saison, n’est-ce pas ?

On va dire que le groupe a de nombreuses très bonnes individualités mais se cherche encore collectif. C’est tout à fait normal vu le nombre de nouvelles joueuses. Concernant les résultats, ils reflètent rarement les physionomie des matchs. Depuis la première journée, j’ai vu énormément de progrès collectivement parlant. Notre objectif est surtout de travailler sur de solides bases techniques et sur l’intelligence de jeu pour les filles qui sont susceptibles de viser le niveau supérieur. Je considère, en tout cas, que nous pouvons avoir l’une des meilleures équipes de R1.

Après la fusion avec Juvisy, une équipe de U19 s’est engagée dans le championnat national. Comment vois-tu la collaboration entre techniciens et joueuses de Déjérine et celles et ceux de la section sportive ?

Je veux avant tout un travail commun. Nous devons organiser le maximum d’événements ensemble. Si une joueuse doit dépanner l’équipe de U19 Nationales, j’ai envie que cette dernière ne soit pas larguée que ce soit sur le terrain ou sur l’aspect humain. Le projet doit être mené autant chez les séniors, les U19 que dans les catégories les plus jeunes. La cohésion et l’entente sont deux piliers primordiaux.

Pour terminer, et sur l’aspect purement sportif, comment perçois-tu la fusion avec Juvisy ?

Avant la fusion, nous formions de très bonnes jeunes joueuses qui partaient finalement vers d’autres clubs. Malgré le niveau DHR de l’époque, nos joueuses prétendaient à accéder à l’échelon supérieur et nous ne pouvions pas leur offrir plus. Juvisy nous a apportés la stabilité au haut niveau et une continuité. Cela va nous permettre de continuer de former et de pousser les meilleures joueuses vers le plus haut niveau. La liaison entre les deux clubs, qui ne forment plus qu’un aujourd’hui, est et sera, j’en suis sûr, bénéfique pour tout le monde.

Sponsors