De 1957 à 1966, le Parc des Princes a accueilli le Tournoi de Paris qui a permis au public parisien de voir quelques-uns des grands clubs internationaux de l’époque. En juin 1973, le Paris FC, 1er club résidant d’un Parc des Princes flambant neuf, renoue avec la tradition et met à l’essai un jeune défenseur nommé Rolland Courbis…

Juin 1973. Le Paris Football Club, qui a repris le flambeau du football professionnel à Paris, termine 12e pour sa 1ère participation au championnat de D1 (L1), après un début catastrophique. Il espère bien gravir les échelons dans la hiérarchie du football français. Dans cette optique, son président, Pierre-Etienne Guyot, et ses dirigeants entreprennent de renouer avec le traditionnel Tournoi de Paris.

Organisé sur deux jours, en fin de saison, dans l’ancien Parc des Princes, par le Racing Club de Paris, il s’est tenu sans interruption, de 1957 à 1966. Cette compétition permettait au difficile public parisien de voir quelques-uns des grands clubs internationaux de l’époque, tels Anderlecht, Benfica, Santos ou Vasco de Gama.

Dans le cadre du nouveau Parc des Princes, dont il est le 1er club résident, le Paris FC accueille le Bayern Munich, champion d’Allemagne, le Feyenoord de Rotterdam, dauphin et rival de l’Ajax, et l’Olympique de Marseille, champion de France sortant et 3e du dernier exercice. Les deux soirées sont organisées au profit de l’Association pour le développement de la recherche sur le cancer.

Le 5 juin, pour le premier match, Feyenoord bat 3-2 un OM où brillent Skoblar, Keita et Kéruzoré. Lors du second, le PFC s’incline logiquement devant les Bavarois (4-0). L’un des premiers renforts officiels, l’ex-Olympien Edouard Kula, blessé, ne joue pas. En revanche, les attaquants croates du Dynamo de Zagreb, Slaven Zambata et Krasnodar Rora, et un très jeune défenseur (19 ans ½) venu de l’A.C. Ajaccio, Rolland Courbis, ont disputé la rencontre. Formé à l’OM, Rolland Courbis a fait quelques apparitions dans l’équipe olympienne qui a réalisé le doublé Championnat/Coupe en 1972. Transféré à Ajaccio, dans le cadre de la venue de Marius Trésor à Marseille, il réalise une saison pleine en dépit de la descente du club insulaire en D2. Avec Rora, et malgré l’écart par rapport à l’équipe munichoise, il donne entière satisfaction, mais Zambata ne semble pas être le buteur recherché. Une seconde chance lui est donnée le 7 juin avec un PFC / OM pour les 3e et 4 places. Les joueurs d’Antoine Dalla Cieca disposent des Marseillais de Mario Zatelli, 4 buts à 2. Malgré ses prouesses sur l’aile gauche, Rora, comme son compatriote Zambatta, ne sont pas gardés. Les dirigeants parisiens veulent faire signer Rolland Courbis, qui, de nouveau, a été convaincant. Les négociations traînent et l’affaire capote. Finalement, le talentueux espoir succombera au chant des sirènes du Pirée en signant à Olympiakos, après s’être trouvé de lointaines origines grecques, condition alors indispensable pour pouvoir jouer en Grèce. C’est Feyenoord qui remporte cette 1ère édition face au Bayern. 1-1 à l’issue de temps réglementaire, les Néerlandais s’imposant ensuite 5 tirs aux buts à 4. La relance du Tournoi de Paris est un succès.

Pour la petite histoire, Rolland Courbis jouera peu à Olympiakos. Il rentrera en France un an plus tard pour rejoindre le FC Sochaux (en D1/L1) où il s’imposera.

Tournoi de Paris

Rédacteur : Philippe Descottes

Sponsors