A l’occasion de la rencontre de Ligue 1 qui a opposé le Stade Rennais à l’AS Monaco, le quotidien « Ouest France » a rencontré Louis Floch (1er en partant de la gauche au 1er rang), qui a joué dans les deux clubs. Mais « Loulou » Floch a aussi porté le maillot du Paris FC et du Stade Brestois. Petit retour en arrière…

Espoir du football breton, remarqué par ses dribbles et sa vitesse, Louis Floch arrive au Stade Rennais en 1965 à l’âge de 17 ans et demi. A cette époque, les centres de formation n’existent pas encore, et le jeune joueur est très vite intégré à l’équipe première qui évolue en D1 (L1) et dirigée par Jean Prouff. Louis Floch s’impose très rapidement comme attaquant et inscrit 19 buts malgré une saison blanche liée à une grave blessure qui l’écarte des terrains plusieurs mois. Il porte le maillot « Rouge et Noir » pendant quatre saisons, avant d’être transféré en D2 à l’AS Monaco. C’est à cette époque qu’il est sélectionné en Equipe de France A, fait rarissime pour un joueur de Deuxième Division. A la fin de son contrat, plusieurs opportunités s’offrent à lui, on parle d’un retour à Rennes, mais aussi du FC Metz et de l’Olympique de Marseille. Pourtant, « Loulou » Floch n’entend pas se précipiter. Il est en stage avec l’Equipe de France à Saint-Malo, avant de prendre la direction du Brésil pour la Coupe de l’Indépendance en juin 1972. C’est cependant au cours de cette période, qu’il rencontre, à Brest, Roger Zeppelini, membre du Comité directeur du Paris FC et proche de Guy Crescent, vice-président du Club. Malgré son souhait de ne rien signer avant son départ pour l’Amérique du Sud et la tentative de certains de ses coéquipiers tricolores de le décider à venir dans leur club, il se laisse convaincre et signe pour trois ans au Paris Football Club.

Dans un Parc des Princes flambant neuf, en D1, les dribbles, la pointe de vitesse exceptionnelle, les débordements et les centres de « Loulou » Floch, font merveille. Qu’il évolue au centre ou sur l’aile droite, il devient très vite le chouchou du public parisien. Le Paris FC se maintient et il termine meilleur buteur de l’équipe avec 16 buts. L’année d’après est plus compliquée. Le club se bat pour ne pas descendre, malgré les nombreux buts de ses attaquants, « Fanfan » Félix et « Loulou » Floch. En février, c’est la catastrophe. Louis Floch doit se faire opérer du ménisque. Indisponible plusieurs mois, il termine quand même deuxième meilleur buteur du PFC avec 14 buts, derrière François Félix, 18 réalisations. Avec la relégation du club en D2 et l’abandon du statut pro, Louis Floch s’engage avec le voisin du PSG qui vient de monter. Il reste deux saisons sans connaître la même réussite, car il est souvent mis en concurrence en attaque.

A 28 ans, Louis Floch songe déjà à l’après-football. Des amis lui parlent d’une « Maison de la Presse » à reprendre à Roscoff, pas très loin de Saint-Pol-de-Léon où il est né. Après avoir longuement réfléchi, il saisit cette opportunité. Au même moment Brest, alors en D2, le contacte. Louis Floch signe son dernier contrat professionnel. Pendant quatre saisons, de 1976 à 1980, il porte le maillot de Brest qu’il contribue à faire monter en D1 à la fin de l’exercice 78/79. Après 120 matches et 18 buts sous les couleurs brestoises, il raccroche les crampons du monde pro à 32 ans.

Dans l’entretien accordé récemment à Jacques Guyader de « Ouest-France », « Loulou » Floch a déclaré que le Stade Rennais, qui lui a permis de devenir footballeur professionnel, était son club de cœur… mais il n’a pas oublié le PFC : « …je garde des souvenirs inoubliables de mes deux saisons au Paris FC avec des matchs au Parc des Princes. Quand j’y pense, j’ai encore la chair de poule. J’étais avant-centre là-bas, j’empilais les buts et je faisais marquer les autres ». (in « Ouest-France du 29 novembre 2014).

Merci « Loulou » !

Louis Floch

Né le 28 décembre 1947 à Saint-Pol-de-Léon (Finistère)
Poste : avant-centre ou ailier droit
458 matches en pro
118 buts (L1/L2)

Jeunes : Stade Léonard Kreisker
1965 – 69 : Stade Rennais
1969 – 72 : AS Monaco
1972 – 74 : Paris FC (30 buts)
1974 – 76 : Paris SG
1976 – 80 : Stade Brestois (18 buts)

International Junior, Espoir et A

Rédacteur : Philippe Descottes

Sponsors