La longévité semble être l’apanage des grands joueurs. Di Stefano, fut sacré champion d’Europe avec le Real à 40 ans, Roger Milla a disputé la Coupe du monde à 42 ans, Romario a joué jusqu’à 43 ans, sans oublier d’autres exemples récents comme Giggs (MU), Raúl (Schalke 04), Del Piero (Juventus) ou encore Seedorf et Maldini (AC Milan). En France, pour le haut niveau, on fait rarement confiance à un joueur de champ de plus de 35 ans. Le Paris FC fit exception…

Dragoslav Sekularac, milieu offensif formé à l’école yougoslave, a été finaliste du Championnat d’Europe des Nations avec la Yougoslavie. Avec cette même sélection, il a terminé 4e d’une Coupe du Monde. En club, sous les couleurs de l’Etoile Rouge de Belgrade, Dragoslav Sekularac a remporté cinq titres de champion, trois Coupes de Yougoslavie et atteint la ½ finale de la Coupe d’Europe des Clubs champions par deux fois. Seulement voilà… Ce palmarès, le technicien yougoslave se l’est forgé à la fin des années 1950 et au début des années 60. Le championnat d’Europe, c’était en 1960 et la Coupe du Monde c’était celle de 1962 au Chili.

Décembre 1975. Si quelques semaines auparavant une rumeur annonçait la venue de la star portugaise Eusebio (34 ans) du côté de Saint-Ouen, la présence de « Seku » (37 ans) à Paris n’a rien d’un canular. En France, le cas d’André Kabyle, arrière du Nîmes Olympique, toujours titulaire en D1 (L1) à 37 ans, fait exception. En règle générale, on fait peu confiance à un joueur de champ de plus de 35 ans. Sekularac rencontre Roger Zeppellini, le président du Paris FC. Un accord est trouvé entre les deux parties. C’est une bonne affaire pour le PFC car la venue du technicien yougoslave ne coûte pratiquement rien au club. Au PFC, Dragoslav Sekularac retrouve son compatriote Kiril Dojcinovki, né en Macédoine comme lui, ancien joueur de l’Etoile Rouge et International comme lui !

Sekularac PFC Story

A gauche : Kiril Dojcinovski, Dragoslav Sekularac, Roger Zeppellini / A droite : Dragoslav Sekularac

Sur le plan sportif, le Paris FC a pris un départ en fanfare en D2 avant de rentrer dans le rang. Il a été éliminé dès son entrée en lice en 32e de finale de la Coupe de France par la modeste équipe d’Épernay (D3). Après sept années passées au club (du CA Montreuil au PFC), Antoine Dalla Cieca, en désaccord avec les orientations du comité directeur, quitte son poste d’entraîneur. C’est Jean-Claude Lautié, professeur d’EPS, ancien gardien de but de l’Equipe de France Olympique et du PFC, responsable des jeunes, qui le remplace à la tête de l’équipe première. Jean-Claude était sur le banc pour la Coupe.

Ce dimanche 18 janvier 1976, à Villeneuve-La-Garenne (les vestiaires du Stade Déjerine étant toujours en reconstruction), il exerce ses fonctions pour la première fois en championnat. A l’occasion de la venue de l’US Dunkerque, 5e du championnat (Groupe A), il fait débuter la nouvelle recrue du club. Dragoslav Sekularac ne sera pas « l’homme du match ». A vrai dire, il ne fallait pas en attendre trop. En dehors de l’âge, sa condition physique n’est pas au top puisqu’il est quand même resté plusieurs mois sans jouer. Cependant, son coup d’œil, son métier et sa technique sont toujours là et profitent à un Paris FC qui fait preuve de fraîcheur et de punch. Les « Orange » ouvrent la marque à la 38e par un jeune joueur de 16 ans, Jean-Claude Lafargue(*) que son entraîneur lance dans le grand bain. Un premier but inscrit suite à une déviation de Sekularac. Le second arrive juste avant la pause, à la 44e. Jean-François Beltramini reprend du bout du pied un centre à ras de de terre de… « Séku » ! Gérard Demota, sur coup franc (48e), puis Luc Raba (60e) alourdissent l’addition. Les Dunkerquois sauvent l’honneur à la 69e, mais Dragoslav Sekularac signe ses débuts avec un but à la 89e. M. Piveteau siffle la fin de la partie qui voit la victoire du Paris FC sur Dunkerque 5 buts à 2. Grâce à ses trois buts d’écart, le PFC empoche le point supplémentaire du bonus offensif.

A l’issue de la rencontre, Jean-Claude Lautié déclare : « (…) indéniablement le Yougoslave a apporté quelque chose à l’équipe, il voit très bien le jeu et l’homme qui est démarqué sait qu’il recevra le ballon de lui. Il a eu des une-deux avec Rabat, magnifique. Bon, ce n’est pas un rapide, il a raté quelques balles, mais après six ans hors des compétitions sérieuses, on ne peut lui demander d’être en super condition. Il sait tout faire, mais peut-être un ton au-dessous. (…) ce que je peux vous dire c’est l’impression de ses camardes qui ont été unanimes à me dire que Sekularac leur apportait énormément. ».

Dragoslav Sekularac disputera une dizaine de rencontres avec le PFC et inscrira deux autres buts avant de repartir aussi discrètement qu’il était arrivé. Devenu entraîneur, il a exercé en Amérique Latine, en Australie et au Canada.

(*) Formé au Paris FC, Jean-Claude Lafargue a effectué sa carrière professionnelle comme défenseur, au PFC puis au Racing Paris. Aujourd’hui DTN à l’INF Clairfontaine, il est en charge de la pré-formation.

Sponsors