Présentation de la rencontre

Il y a 20 ans, saison 1994-95, le Paris FC et l’ES Fréjus découvraient le tout nouveau championnat National qui remplaçait la 3e Division. Ce vendredi soir (20h00), pour leur 21e confrontation (toujours en National), le PFC se déplace au Stade Louis Hon, le terrain de l’EFC Fréjus-Saint-Raphaël.

Après la déconvenue de 2012-13, l’Étoile Football Club Fréjus Saint-Raphaël entendait bien figurer parmi les prétendants au podium. Mais à l’arrivée de l’exercice 2013-14, les Varois durent se contenter de la 10e place du National. L’indisponibilité de trois joueurs cadres et une mauvaise série entre novembre et décembre firent que l’EFC F-SR ne fut guère en mesure de venir inquiéter sérieusement le trio de tête.

Avec la nouvelle saison, les ambitions demeurent intactes. Monter en Ligue 2, si possible, mais aussi asseoir les bases du club né de la fusion de l’ES Fréjus avec Saint-Raphaël en 2009. Compte tenu de la rétrogradation de l’AS Cannes, le voisin (27 km), et du partenariat signé avec l’OGC Nice, cette année est importante pour le développement du club, et la carte est belle à jouer. Pour l’équipe première, les mouvements ont été importants et de nombreux recrutements ont été effectués. L’entraîneur Michel Estevan, prudent, déclare qu’il « va essayer d’aller jouer les premières places », comme d’autres évoquent un « maintien ambitieux ».
La mise en route a été laborieuse, avec un nul concédé à domicile devant Dunkerque (1-1), suivi d’une défaite à Istres la journée d’après (0-2). Puis, l’Étoile Football Club Fréjus-Saint-Raphaël a enchaîné avec trois succès consécutifs (9 points, 7 buts pour et 0 encaissé !). La machine était lancée avant que la victoire de Colomiers (2-1 dans le Var) ne vienne mettre son grain de sable dans une mécanique qui semblait bien huilée. On pouvait penser à « un accident » comme tous les clubs en connaissent. Mais vendredi dernier, l’EFCFSR s’est fait très très peur. Mené 1-0 à Epinal, un promu qui n’avait pas encore gagné de match, Fréjus a arraché l’égalisation à la 94e minute ! Une deuxième contre-performance ? Peut-être, mais on peut aussi en conclure que l’équipe n’abdique pas et que le mental est solide.

Les années se suivent et ne se ressemblent pas toujours. En 2013-14, au terme de la 7e journée, le Paris FC, 1er du National, s’inclinait à Vannes 3-0, encaissait ses premiers buts en championnat et perdait la 1ère place. Vendredi soir, le PFC est venu à bout du FC Istres et se retrouve seul en tête. C’est très bien, mais le championnat est loin d’être terminé. Il faut garder les pieds sur terre. Ce n’est pas une découverte, l’étiquette « 1er du championnat » associée à « Paris » est toujours une source de motivation supplémentaire pour les clubs de province. Le PFC va donc disputer encore une fois un match difficile, un nouveau test intéressant, important (mais non décisif) face à un prétendant aux premières places. Cette fois, les semaines se suivent et se ressemblent.
Pour l’occasion, les joueurs de Christophe Taine vont jouer à Saint-Raphaël et découvrir le terrain sur lequel évoluait habituellement la réserve de l’Etoile depuis la fusion, le Stade Louis Hon. Retraité à Saint-Raphaël, ancien joueur du Stade Français et du Real Madrid, International, Louis Hon fut le 1er entraîneur du Paris Football Club, en 1972 ! A cette époque, le PFC jouait en orange… Une couleur qui lui a souvent porté bonheur ces derniers temps. Comme un bon présage ?

« Allez le Paris FC ! »

La saison dernière

Paris FC : 9e avec 46 points (11V, 13N, 10D. 31 bp / 26 bc)
EFC Fréjus-Saint-Raphaël : 10e avec 46 points (12V, 10N, 12D. 35 bp / 35 bc)

Le point avant la rencontre

Paris FC
A l’extérieur : 1er avec 7 points. 2V, 1N. 6 bp / 3 bc
Ses cinq derniers matches : N,V,V,N,V.
Son meilleur buteur : Christian Kinkela, 3 buts

EFC Fréjus-Saint-Raphaël
A domicile :7e avec 7 points. 2V, 1N, 1D. 7 bp / 3 bc.
Ses cinq derniers matches : V,V,V,D,N.
Son meilleur buteur : Mathieu Scarpelli, 4 buts

Les précédents Fréjus (ES et EFCF-SR) / Paris FC

1994/95 (N1) : Fréjus bat PARIS FC 3-1 / Classement : PFC : 7e – ESF : 4e
1995/96 (N1) : Fréjus et PARIS FC 1-1 / Classement : PFC : 10e – ESF : 8e
1997/98 (N) : PARIS FC bat Fréjus 3-1 / Classement : PFC : 6e – ESF : 18e
1998/99 (N) : PARIS FC bat Fréjus 1-0 / Classement : PFC : 9e – ESF : 10e
1999/00 (N) : Fréjus et PARIS FC 0-0 / Classement : PFC : 17e – ESF : 19e
2009/10 (N) : Fréjus bat PARIS FC 3-0 / Classement : PFC : 6e- EFCF-SR : 8e
2010/11 (N) : Fréjus bat PARIS FC 3-1 / Classement : PFC : 11e – EFCF-SR : 6e
2011/12 (N) : Fréjus bat PARIS FC 1-0 / Classement : PFC : 16e – EFCF-SR : 9e
2012/13 (N) : Fréjus et PARIS FC 1-1 / Classement : PFC : 17e – EFCF-SR : 4e
2013/14 (N) : PARIS FC bat Fréjus 1-0 / Classement : PFC : 9e – EFCF-SR : 10e

De Fréjus au Paris FC (ou l’inverse)

« Pacho » DONZELOT, Samir HENAINI et Alain KWEDI ont joué à l’ES Fréjus avant de rejoindre le Paris FC. Steeve PENEL, formé au PFC, a évolué à l’EFCF-SR en 2011-12. Gregory GENDREY, qui a porté le maillot du PFC en 2011-12, a rejoint l’Etoile à l’intersaison, tandis qu’Ablaï BALDE effectuait le chemin inverse en juillet dernier.

Côté coach : Jean-Marc PILORGET a entraîné l’ESF avant le PFC.

Enfin, Daniel HITIER, retraité fréjusien et supporter de l’Etoile, fut aussi supporter du PFC depuis son origine et le créateur du précédent logo du Paris FC en 1983 !

 

Rédacteur : Philippe Descottes

Sponsors